Conférence ETD 2016 : eye tracking et réalité virtuelle

Pour la 4ème édition de l’Eye Tracking Day, qui aura lieu à Tours les 22 et 23 juin 2016, LudoTIC présentera ses travaux de recherche sur l’utilisation de l’eye tracking en réalité virtuelle.

La présentation s’intitule « Eye tracking et réalité virtuelle : peut-on mesurer et prévenir la nausée ? ». Elle aura lieu le 23 juin prochain et sera animée par D. Buchheit et E.Duclercq.

Casques de réalité virtuelle : immersion totale du champ de vision

La réalité virtuelle se traduit par l’immersion d’une partie des sens de l’utilisateur dans un environnement en trois dimensions simulé par ordinateur.  Les jeux vidéo en 3D peuvent tout à fait correspondre à cette description mais la résurgence des casques de réalité virtuelle apporte de nouveaux usages et de nouvelles problématiques. Ce dispositif se veut bien plus immersif que les jeux vidéo en 3D traditionnels puisque le champ de vision de l’utilisateur est complètement immergé, il ajoute une notion de profondeur avec la stéréoscopie et prend en compte les mouvements de la tête.

Perception de l’environnement et système vestibulaire en conflit

Une des problématiques principales est la provocation de nausées chez l’utilisateur dans certaines conditions, notamment durant les déplacements dans l’environnement 3D. En effet, avec un casque de réalité virtuelle, la vue est totalement immergée et la perception de l’environnement en mouvement entre en conflit avec le système vestibulaire du joueur. Cela peut procurer des nausées similaires au « mal des transports ».

Face à ce problème, les développeurs ont trouvé différentes solutions comme ralentir la vitesse de l’avatar, le déplacer par à-coups ou encore le téléporter directement à sa destination.

Peut-on mesurer et prévenir la nausée avec l’eye tracking ?

Partant de ce constat, notre équipe s’est intéressée à l’utilisation de l’eye tracking en réalité virtuelle en conduisant deux études avec des approches distinctes :

  1. Peut-on détecter l’apparition de la nausée grâce à l’eye tracking ?
  2. Les déplacements par contrôle oculaire peuvent-ils limiter la nausée ?

Dans la première étude, nous avons demandé à des testeurs d’effectuer des tâches dans un environnement virtuel à l’aide d’un casque Oculus Rift DK2. Ces tâches se différencient quant à leur tendance à donner la nausée ou non. Grâce à l’eye tracker SMI intégré au casque de réalité virtuelle, nous avons pu récolter des données oculaires (ex : saccade, dilatation pupillaire, clignement) nous permettant d’identifier si l’une des métriques peut être corrélée à l’apparition de la nausée.

Dans la seconde étude, trois modes de déplacement distincts ont été expérimentés en sélectionnant sa destination avec la souris, les mouvements de tête ou le regard. L’observation de la nausée des participants et le temps à réaliser leur tâche permettra de déterminer si le regard se révèle être plus efficace.

Les principaux résultats de ces travaux seront présentés lors de l’Eye Tracking Day 2016.eye tracking et réalité virtuelle

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Equipe LudoTIC
LudoTIC commente pour vous l’actualité UX et partage son expertise à travers use cases et retours d’expérience sur des thèmes tels que la gamification, les nouvelles formes d’interaction ou les tendances web et mobile.
0 commentaires

Laisser un commentaire

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ? N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *